La TRIAcademy : l'enseignement de l'économie circulaire

La TRIA : cet acronyme symbolise une même ambition régionale fondée sur la réussite d'une transition à la fois énergétique, écologique et numérique, portée depuis 2013 par les trois Chambres consulaires régionales (agriculture, commerce et industrie, métiers et artisanat) auprès de tous les acteurs économiques.
 

Cette année, la volonté partagée de faire participer une école d'ingénieurs à cette démarche s'est concrétisée par la signature en mars dernier de la « Charte d'engagement partenaire TRIA » avec l'ESAIP. Dirigée par Christophe Rouvrais, cette Grande Ecole, du réseau La Salle, forme des ingénieurs numérique et en sécurité - prévention des risques - environnement avec pour cette dernière, une spécialisation forte en économie circulaire. « En rejoignant la TRIA, l'ESAIP s'engage à développer des projets et des actions respectant trois critères fondamentaux : s'inscrire sur le territoire régional, intégrer une dimension collaborative avec tous les acteurs d'un territoire, développer des relations entreprises/jeunes ingénieurs en positionnant nos élèves-ingénieurs comme de véritables ambassadeurs de l'économie circulaire de territoire dans le département» précise son directeur. Ce partenariat s'intègre dans le cadre de la TRIAcademy (projet global de 2016 à 2020) visant à développer des actions d'écologie industrielle et territoriale sur des zones d'activités, à favoriser les synergies et les mutualisations inter-entreprises et inter zones d'activités.

 

Un engagement sur trois ans

Cette convention a pour but d'insuffler le processus « TRIA » auprès des étudiants et de leur transmettre des méthodes directement utilisables en entreprise, pour faciliter les synergies et les mutualisations inter-entreprises. Ils interviendront comme de véritables acteurs du territoire en tant qu'« ambassadeurs économie circulaire ». Dès la rentrée 2016 - 2017, une réunion de présentation de la démarche a permis d'identifier les entreprises volontaires et cibler les actions sur une première zone industrielle (celle de Saint-Barthélemy d'Anjou, Verrières en Anjou, Ecouflant étant la plus pressentie). Un groupe de futurs ingénieurs de la spécialisation « Environnement et économie circulaire », encadré par des enseignants - chercheurs de l'ESAIP, avec l'appui technique de la CCI, seront chargés de réaliser des diagnostics des flux entrants et sortants (services, matières, compétences utilisées, eau, énergies, déchets, transports...) de chaque entreprise. Toutes les données recueillies, les conseils individuels apportés aux entreprises, seront analysés avec l'aide du logiciel ACTIF, mis à leur disposition par la CCI, dans le but d'identifier les synergies et les mutualisations envisageables sur la zone concernée. A l'issue de ce diagnostic, des propositions de plans d'actions, d'animations et de sensibilisation seront élaborées puis présentées aux acteurs du territoire concerné pour une mise en œuvre pertinente de mutualisation des flux. Durant les deux années suivantes, le développement de la démarche d'économie circulaire sur ce premier périmètre sera poursuivi et amplifié. Cette démarche sera, par ailleurs, déployée chaque année sur un nouveau périmètre. L'objectif est de développer une méthodologie fiable et reproductible sur tout territoire économique, d'accompagner a minima 50 entreprises dans cette expérimentation innovante et former une vingtaine d'ingénieurs ESAIP « ambassadeurs d'économie circulaire ».

Rôle des partenaires

En tant que pilote de cette opération, l'ESAIP intervient en qualité d'animateur de la démarche globale. Il est le coordinateur de toutes les actions qui seront mises en œuvre, aussi bien en coaching pédagogique des étudiants ingénieurs qu'en recherche.
La CCI de Maine-et-Loire intervient pour faire l'interface entre les entreprises et les étudiants. Elle apporte à ces derniers les outils (comme ce logiciel de capitalisation de données, ACTIF, développé au sein du réseau national des CCI), la méthodologie, en support de l'ESAIP. « Nous encourageons toutes les écoles à se lancer dans une TRIAcademy pour le bénéfice des entreprises et des territoires » précise Philippe Lohézic, responsable du pôle Développement Durable à la CCI de Maine-et-Loire.
Angers Loire Métropole, Angers Loire Développement, les collectivités locales et les clubs-entreprises des zones d'activités concernées sont parties prenantes actives à cette démarche innovante de territoire. Cette action est soutenue financièrement par l'ADEME et la Région.

 

Source:
Dominique Gruson
Anjou Eco N°45 - octobre 2016